MENU CLOSE

Yorick Efira – Tohu-Bohu

Plasticien diplomé de L’Académie Royale de la ville de Bruxelles. Yorick Efira semble avoir toujours peint son quotidien. Il met en lumière et en couleur ces paysages dans lequel nous évoluons et devant lequel nous ne nous arrêtons pas assez. Travailler l’imagerie commune à tous pour tenter de lui rendre son caractère sacré. La peinture à fini par se lier avec la sculpture pour donner les maquettes, des maquettes qui elles-mêmes retournent vers la 2D.

Peintre figuratif issu de l’Académie Royale des Beaux-arts de la ville de Bruxelles.

Depuis 2009, Yorick Efira forme avec Vilson Biçaku, Nicolas Darte et Rémy Ficheroulle le collectif Quintêtes, groupe avec lequel il réalise plusieurs fresques et tableaux collaboratifs ainsi que de nombreuses expositions.

Yorick Efira se veut “peintre passant” et prend l’ordinaire comme thème récurent de son travail. Il s’inspire de la nature qui l’entoure, en extrait des symboles et les fructifie. Il transcende le réel par sa technique picturale et fait exploser la couleur et revivre les formes.

Dans une volonté d’accéder à l’intime du quotidien qui relie les vivants, la thématique de la ville envahit mes constructions picturales.

Des découpes et déchirures de carton deviennent grisailles des murs, des emballages de pizza se métamorphosent en rouge des briques, des boites d’allumettes traduisent les jaunes des balcons et des pinceaux éteints deviennent réverbères. Toutes matières inertes donnent vie à la folle sarabande de la rue.

Des réalisations qui voyagent dans une dimension comprise entre la peinture et la sculpture.

 

NL

Yorick Efira is een figuratief schilder afgestudeert aan de Academie Royal des Beaux-Arts te Brussel. In 2009 vormt hij samen met Vilson Biçaku, Nicolas Darte en Rémy Ficheroulle het collectief Quintêtes. Een groep waarmee hij verschillende fresco’s, schilderijen en tentoonstellingen voert.

Yorick hoort zich graag zeggen dat hij een “passerende schilder” is en neemt het ordinaire als thema voor zijn werk. Hij is geïnspireerd door de natuur die hem omringt, haalt er de symbolen uit en bevrucht ze. Hij vervormt het reëel door zijn techniek en laat de kleuren schijnen.

In een verlangen om toegang te krijgen tot de intimiteit van het dagelijks leven dat de levenden verbindt, valt het thema van de stad binnen zijn picturale constructies.

Stekken en scheuren van karton worden grijze wanden, pizza wikkels worden omgezet in rode bakstenen, luciferdoosjes weerspiegelen de gele balkons en borstels worden straatlantaarns. Allen samen geven leven aan het gekke leven van de straat.

Realisaties die reizen in een dimensie tussen schilderkunst en beeldhouwkunst.